Lars Rotach est champion suisse !

Les championnats nationaux des métiers de la construction métallique ont eu lieu du 1er au 4 septembre au centre de formation d’Aarberg. 15 jeunes constructeurs métalliques de Suisse alémanique, de Suisse romande et du Tessin ont démontré leur savoir-faire pendant deux jours. Lars Rotach d’Ulisbach (Büsser Metallbau AG, Mosnang) a pu s’imposer face à ses concurrents et a remporté la médaille d’or. Mattia Porta de Malesco (Officine Ghidoni SA, Riazzino) a fini deuxième et le bronze a été gagné par Romain Giuriani d’Avusy (Le Centre de Formation Professionnelle Construction Genève, Petit-Lancy).

 Les jeunes constructeurs métalliques ont montré leurs compétences pendant deux jours de compétition, durant lesquelles non seulement leurs connaissances pratiques, mais aussi leur force mentale ont joué un rôle important. Les 15 participants, qui ont reçu un plan et le matériel requis le premier jour du concours, devaient avoir terminé une pièce complexe à la fin du deuxième jour. Cette année, la tâche était basée sur un temple chinois car le gagnant des SwissSkills pourra représenter la Suisse aux WorldSkills de Shanghai l’année prochaine.

Les travaux finis ont ensuite été évalué par une équipe de six experts à l’aide de critères prédéfinis et mesurables. La qualité des soudures, le traitement des différents métaux, les différentes techniques de travail, l’esthétique et la fonctionnalité du travail fini ont également été évalués. Les constructeurs métalliques eux-mêmes ont également été examinés sous l’angle de la gestion du temps et de celle du stress dans le contexte concurrentiel. Un hommage a été rendu aux heureux gagnants vendredi soir au centre de formation d’Aarberg et les médailles leur ont été remises par Diana Gutjahr, conseillère nationale de Thurgovie et entrepreneuse de construction métallique. Les trois premiers ont été récompensés par des bons d’études qui leur permettent de financer leur future formation continue.

Félicitations aux trois gagnants et tous les participant pour leurs performance extraordinaire !

Lars Rotach ist Schweizermeister!

Vom 1. bis 4. September 2020 fanden im Bildungszentrum Aarberg die nationalen Berufsmeisterschaften im Metallbau statt. An zwei Wettkampftagen stellten 15 junge Metallbauer aus der Deutschschweiz, der Romandie und dem Tessin ihr Fachwissen unter Beweis. Lars Rotach aus Ulisbach (Büsser Metallbau AG, Mosnang) konnte sich gegen seine Konkurrenz durchsetzen und gewann die Goldmedaille. Zweiter wurde Mattia Porta aus Malesco (Officine Ghidoni SA, Riazzino) und Bronze gewann Romain Giuriani aus Avusy (CFPC Genève, Petit-Lancy).

Während zwei anspruchsvollen Wettkampftagen zeigten die jungen Metallbauer ihr Können. Dabei spielte nicht nur das Fachwissen im praktischen Bereich, sondern auch die mentale Stärke eine wichtige Rolle. Am ersten Wettkampftag erhielten die 15 Teilnehmer einen Plan sowie das benötigte Material und mussten am Ende des zweiten Tages ein komplexes Werkstück fertiggestellt haben. In diesem Jahr war die Aufgabe einem chinesischen Tempel nachempfunden. Dies weil der Gewinner der SwissSkills im nächsten Jahr die Schweiz an den WorldSkills in Shanghai vertreten darf.

Bewertet wurden die fertigen Arbeiten anschliessend von einem sechsköpfigen Expertenteam anhand vordefinierter und messbarer Kriterien. Beurteilt wurden auch die Qualität der Schweissnähte, die Verarbeitung der verschiedenen Metalle, die verschiedenen Arbeitstechniken, die Ästhetik und die Funktionalität der gefertigten Arbeiten. Aber auch die Metallbauer selbst wurden bezüglich Zeitmanagement sowie ihrem Umgang mit Stress im Wettkampfmodus geprüft. Am Freitagabend wurden die glücklichen Gewinner im Bildungszentrum Aarberg ausgezeichnet, die Medaillen übergab dabei die Thurgauer Nationalrätin und Metallbauunternehmerin Diana Gutjahr. Belohnt wurden die drei Erstplatzierten mit Bildungsgutscheinen, mit denen sie ihre künftige Weiterbildung finanzieren können.

Wir gratulieren den Gewinnern aber auch allen Teilnehmern zu dieser ausserordentlichen Leistung!

Fébrilité dans la dernière ligne droite des SwissSkills

Les candidats ont dû passer à la vitesse supérieure le deuxième jour des SwissSkills Championships, car si le temple chinois a commencé à prendre forme l’après-midi, il y avait encore beaucoup à faire. Les jeunes métallurgistes étaient visiblement sous pression et, si certains d’entre eux sont même allés jusqu’à loucher un instant durant la compétition, cela n’a pas mis fin à leur concentration, chacun d’entre eux restant concentré sur sa propre pièce.

Certains candidats ont été encouragés aujourd’hui par des membres de leur famille ou par leur maître d’apprentissage – à distance, bien sûr, et cela leur a donné un élan de motivation supplémentaire. La délégation de SwissSkills a également visité le site cet après-midi.

Le championnat a pris fin à 18 heures et les travaux finaux ont ensuite été évalués par l’équipe d’experts. La cérémonie de remise des prix aura lieu demain vendredi à 17 heures au centre de formation d’Aarberg.

La cérémonie de remise des prix sera diffusée en direct sur YouTube et pourra être consultée sur ce lien.

Hektischer Endspurt an den SwissSkills

An Tag zwei der SwissSkills Championships mussten die Kandidaten einen Gang höher schalten. Nach dem Mittag nahm der chinesische Tempel langsam Form an, doch es gab noch immer viel zu tun. Es war den jungen Metallbauern anzusehen, dass der Zeitdruck hoch ist. Manch einer schielte auch mal kurz zur Konkurrenz hinüber. Der Konzentration tat dies jedoch keinen Abbruch. Jeder einzelne der jungen Männer fokussierte sich auf sein eigenes Werkstück.

Einige Kandidaten wurden heute von Familienangehörigen oder dem Lehrmeister angefeuert – natürlich aus der Distanz. Das gab ihnen einen zusätzlichen Motivationsschub. Auch die SwissSkills-Delegation schaute heute Nachmittag auf dem Gelände vorbei.

Um 18 Uhr wird der Wettbewerb beendet und die finalen Arbeiten anschliessend vom Expertenteam bewertet. Morgen Freitag findet um 17 Uhr die Siegerehrung im Bildungszentrum Aarberg statt.

Die Siegerehrung wird live via YouTube übertragen und kann unter folgendem Link angesehen werden.

Arbeitsreicher erster Tag an den SwissSkills

Heute Morgen um 8 Uhr starteten die SwissSkills Championships 2020 im Metallbau. Die 16 Kandidaten fanden sich im Bildungszentrum Aarberg ein und studierten zuerst den Plan des Werkstücks. Die jungen Metallbauer fertigen in diesem Jahr einen chinesischen Tempel an. Dieser soll sie auf die WorldSkills 2021 in Shanghai einstimmen, an denen der Gewinner der SwissSkills teilnehmen wird. Um 10 Uhr ging es dann richtig los: Chefexperte Thomas Zurfluh gab den Startschuss. Hochkonzentriert machten sich die Kandidaten gleich an die Arbeit. Den ganzen Tag wurde fleissig gesägt, gebohrt und geschweisst. Thomas Zurfluh ist begeistert von der Leistungsbereitschaft der Metallbauer: «Es ist immer wieder eine Freude, die Jungtalente bei der Arbeit zu sehen.»

Obwohl die Kandidaten von den Experten genaustens beobachtet werden und bereits erste Teile des Werkstücks zur Bewertung abgeben mussten, scheint kaum Nervosität in der Luft zu liegen. In den Pausen fachsimpeln sie untereinander und tauschen sich über bereits getane Arbeitsschritte aus. Wenn es morgen Nachmittag dem Ende zu geht, wird es bestimmt hektischer.

Une première journée bien remplie aux SwissSkills

Les SwissSkills Championships 2020 en construction métallique ont débuté ce matin à 8 heures. Les 16 candidats, arrivés au centre de formation d’Aarberg, ont d’abord étudié le plan de la pièce. Cette année, les jeunes constructeurs métalliques doivent construire un temple chinois, afin de les mettre dans l’ambiance des WorldSkills 2021 à Shanghai, auxquels le gagnant des SwissSkills participera. C’est à 10 heures que tout a effectivement commencé et que l’expert en chef Thomas Zurfluh a donné le signal de départ. Très concentrés, les candidats se sont immédiatement mis au travail. Toute la journée a été consacrée au sciage, au forage et à la soudure. Thomas Zurfluh est enthousiasmé par la motivation des constructeurs métalliques : « C’est toujours un plaisir de voir les jeunes talents à l’œuvre. »

Bien que les candidats soient attentivement observés par les experts et qu’ils aient déjà dû soumettre les premières parties de la pièce pour évaluation, il ne semble guère y avoir de nervosité dans l’air. Ils discutent entre eux pendant les pauses et échangent des informations sur les étapes de travail déjà réalisées. Lorsque les travaux seront sur le point de s’achever demain après-midi, ils seront certainement plus fébriles.

«Ich freue mich auf einen fairen Wettkampf und interessante Kandidaten.»

Thomas Zurfluh ist seit 2012 als Experte für die SwissSkills tätig. 2010 gewann er diese selbst und wurde ein Jahr später in London an den WorldSkills Vizeweltmeister. Im Interview erzählt er von seinen Erfahrungen an den Berufsmeisterschaften und was die Arbeit als Experte beinhaltet.

metall+du: Die SwissSkills finden dieses Jahr in einem anderen Rahmen statt. Was bedeutet das für deinen Job als Experte?

Thomas Zurfluh: Für meine Aufgabe als Experte gibt es keine grossen Änderungen. Das Feeling wird jedoch sicher anders sein, da die SwissSkills dieses Jahr im kleinen Rahmen stattfinden.

m+d: Gibt es organisatorische Herausforderungen, die ihr in Aarberg meistern müsst?

TZ: Das Bildungszentrum in Aarberg hat eine sehr gute Infrastruktur, die wir nutzen können. Da nun jedoch viele Kurse verschoben werden mussten, ist das BZA entsprechend stark ausgelastet. Es braucht eine detaillierte Abstimmung mit dem Personal vor Ort, damit alles rund läuft. Dazu gehört auch eine saubere Planung der COVID-19-Schutzmassnahmen, die von A bis Z im Ablauf mit eingebunden werden.

m+d: Du hast selbst bereits an nationalen und internationalen Berufsmeisterschaften teilgenommen. Was hat dich jeweils besonders beeindruckt?

TZ: Als Teilnehmer war für mich die Grösse der Wettbewerbe beeindruckend. Überwältigend waren die Emotionen, vor allem bei der Anfangs- und Schlusszeremonie. Besonders gefallen hat mir auch der Zusammenhalt im Schweizer Team. Wir gingen als Einheit gemeinsam an die WorldSkills. 2017 durfte ich als Workshop-Manager in Abu Dhabi dabei sein, das war auch sehr interessant und der Druck ist natürlich erheblich kleiner, als wenn man selbst Teilnehmer ist. Ich empfinde die WorldSkills wie eine grosse Familie.

m+d: Was hast du von den Wettbewerben mitgenommen?

TZ: Von den Wettbewerben habe ich vorwiegend die Emotionen noch in Erinnerung. Prägender war sicher die Vorbereitungszeit für die WM, besonders das Mentaltraining. Das hat mir viel gebracht und ich wende es in meinem Alltag und im Berufsleben auch heute noch oft an. Weiter war der Zusammenhalt im Schweizer Team sehr gut. Wir haben nach wie vor jedes Jahr ein gemeinsames Teamweekend, an dem wir uns wiedersehen und gemeinsam Zeit verbringen.

m+d: Auf was achtet ihr, wenn ihr die Kandidaten bewertet?

TZ: Grundsätzlich wird erst zum Schluss das fertige Werkstück der Kandidaten bewertet. Während des Wettbewerbs schauen wir auf ein logisches und strukturiertes Vorgehen und auf handwerkliches Geschick. Da dies jedoch kein fixer Bewertungsbestandteil ist, gibt uns das in erster Linie einen Eindruck, ob sich jemand für die WorldSkills eignet oder nicht. Dabei sind die Leidenschaft für den Beruf, die Begeisterung für den Wettkampf, ein hohes Mass an handwerklichem Geschick, aber auch ein stabiles privates und berufliches Umfeld sehr wichtig.

m+d: Wie werden die Kandidaten bewertet?

TZ: Wir haben ein Bewertungsraster, nach dem die Punkte vergeben werden. Neben klar definierten Massen wird technische Richtigkeit, sprich Ebenheit, Parallelität und Rechtwinkligkeit kontrolliert. Weiter werden auch die ganze Verarbeitung, die Funktion der einzelnen Bauteile und der Gesamteindruck überprüft. Wichtig ist dabei, dass alle Kandidaten gleich bewertet werden, damit dann auch wirklich der Beste gewinnt.

m+d: Was gefällt dir an deiner Tätigkeit als Experte am besten?

TZ: Dabei zu sein, wenn sich die Besten der Schweiz messen. Es ist jedes Jahr interessant zu beobachten, wie sich die verschiedenen Kandidaten in einem fairen Wettkampf messen.

m+d: Welchen Rat möchtest du den Teilnehmenden mitgeben?

TZ: Immer Vollgas geben!

m+d: Auf was freust du dich am meisten?

TZ: Ich freue mich am meisten auf den Wettkampf selbst. Es ist interessant zu sehen, wie die Kandidaten sich bewegen, wie sie vorgehen und wie sie arbeiten. Aber ich freue mich auch auf die Bewertung nach getaner Arbeit. Und natürlich zum Schluss auf das Resultat.

 

Auf dieser Webseite sowie auf unseren sozialen Netzwerken, Facebook und Instagram, gibt es laufend Neuigkeiten zu den SwissSkills Championships. Der Wettkampf selbst wird live in den Stories und Beiträgen der beiden sozialen Netzwerke geteilt.

« Je me réjouis de participer à un concours fair-play avec des candidats intéressants. »

Thomas Zurfluh travaille comme expert pour les SwissSkills depuis 2012. Il les a lui-même remportés en 2010 avant de devenir, un an plus tard, vice-champion du monde aux WorldSkills à Londres. Dans l’interview, il parle de ses expériences lors des championnats des métiers et de ce que le travail d’expert implique.

métal+toi : Les SwissSkills se dérouleront dans un cadre différent cette année. Qu’est-ce que cela signifie pour ton travail d’expert ?

Thomas Zurfluh : Il n’y a pas de changements majeurs dans mon travail d’expert. Le feeling sera sans doute certainement différent, car les SwissSkills auront lieu à petite échelle cette année.

m+t : Y a-t-il des défis organisationnels que vous devez maîtriser à Aarberg ?

TZ : Le centre de formation d’Aarberg dispose d’une très bonne infrastructure que nous pouvons utiliser. Mais comme de nombreux cours ont dû être reportés, le CFA fonctionne à plein régime et il est donc nécessaire d’avoir une parfaite coordination avec le personnel sur place pour que tout se déroule sans heurts. Cela inclut également une planification adéquate des mesures de protection COVID-19, qui sont intégrées du début à la fin du championnat.

m+t : Tu as toi-même déjà participé à des championnats des métiers nationaux et internationaux. Qu’est-ce qui t’a le plus impressionné à chaque fois ?

TZ : En tant que participant, j’ai été impressionné par l’ampleur des compétitions. Les émotions ont été très fortes, surtout lors des cérémonies d’ouverture et de clôture. J’ai aussi particulièrement apprécié la cohésion de l’équipe suisse. Nous sommes allés aux WorldSkills ensemble, en formant un tout. En 2017, j’ai pu aller en tant que responsable d’atelier à Abu Dhabi, ce qui était également très intéressant car la pression est bien sûr beaucoup moins forte que lorsque vous êtes vous-même un participant. J’ai l’impression que les WorldSkills sont comme une grande famille.

m+t : Qu’as-tu retenu des concours ?

TZ : Les émotions que je retiens des concours sont celles dont je me souviens encore. J’ai, bien sûr, été marqué par le temps de préparation aux WorldSkills, mais surtout par la formation mentale. Elle m’a été très bénéfique et je l’utilise encore beaucoup dans ma vie quotidienne et professionnelle. La cohésion dans l’équipe suisse était également très bonne. Nous continuons à avoir un week-end d’équipe chaque année, durant lequel nous nous retrouvons et passons du temps ensemble.

m+t : À quoi faites-vous attention lorsque vous évaluez les candidats ?

TZ : En principe, le travail fini des candidats n’est évalué qu’à la fin. Pendant la compétition, nous nous intéressons à une approche logique et structurée ainsi qu’aux compétences manuelles. Comme il ne s’agit toutefois pas d’une partie fixe de l’évaluation, elle nous permet, avant tout, de voir si une personne est apte ou non à participer aux WorldSkills. La passion pour le métier, l’enthousiasme pour la compétition, une grande dextérité manuelle, mais aussi un environnement privé et professionnel stable sont très importants.

m+t : Comment sont évalués les candidats ?

TZ : Nous disposons d’une grille d’évaluation en fonction de laquelle les points sont attribués. En plus de mesures clairement définies, la précision technique, c’est-à-dire la planéité, le parallélisme et l’équerrage, est vérifiée. L’ensemble du traitement, la fonction des différents composants et l’impression générale sont également contrôlés. Il est important que tous les candidats soient évalués de la même manière, afin que ce soit vraiment le meilleur qui gagne.

m+t : Qu’est-ce que tu aimes le plus dans ton rôle d’expert ?

TZ : Être présent quand les meilleurs de la Suisse s’affrontent. Il est intéressant de voir chaque année comment les différents candidats se mesurent dans une compétition fair-play.

m+t : Quel conseil souhaites-tu donner aux participants ?

TZ : Allez-y toujours à fond !

m+t : De quoi te réjouis-tu le plus ?

TZ : La compétition en elle-même me passionne beaucoup. Il est intéressant de voir comment les candidats se déplacent, comment ils procèdent et comment ils travaillent. Mais j’attends aussi avec impatience l’évaluation après le travail. Et, bien sûr, le résultat pour couronner le tout.

 

On vous tient au courant concernant les SwissSkills Championships sur ce site web ainsi que dans nos réseaux sociaux, Facebook et Instagram. Le concours lui-même est partagé en direct dans nos stories et posts sur Facebook et Instagram.

On vous présente : Niklas Klöti de Lufingen (ZH)

Niklas Klöti de Lufingen (ZH) va participer aux SwissSkills Championships 2020. Il travaille chez Schmiede-Metallbau Brunner à Oberembrach.

 

Pourquoi ai-je choisi le métier de constructeur métallique ?

 

J’ai pu participer à des stages de préapprentissage à différents endroits, et c’était très intéressant. J’ai particulièrement apprécié le travail de forge, c’est pourquoi j’ai suivi la formation de constructeur métallique CFC avec spécialité travaux de forge.

 

Qu’est-ce qui me passionne dans ce métier ?

 

Ce métier me permet d’exprimer ma créativité et de voir ce que j’ai réalisé.

 

Ma motivation à participer aux SwissSkills ?

 

Un de mes amis est maréchal-ferrant et a lui-même déjà participé aux SwissSkills. Je me suis alors informé sur le sujet et j’ai trouvé le concept intéressant. Je suis heureux de pouvoir y participer.

 

Mes loisirs

 

Le fitness, le ski et le snowboard.

 

Mon mot d’ordre

 

Toujours chercher la nouveauté.

 

On vous présente : Wendel Preisig de Schwellbrunn (AR)

Wendel Preisig de Schwellbrunn (AR) va participer aux SwissSkills Championships 2020. Il travaille chez Schoch Metallbau AG à Herisau.

 

Pourquoi ai-je choisi le métier de constructeur métallique ?

 

Je voulais devenir soit charpentier, soit constructeur métallique. Le travail du métal m’a toujours plu, j’ai donc opté pour ce métier.

 

Qu’est-ce qui me passionne dans ce métier ?

 

J’apprécie tout particulièrement les différents procédés de soudage.

 

Ma motivation à participer aux SwissSkills ?

 

En 2014, j’ai eu l’occasion d’assister aux SwissSkills à Berne avec ma classe de secondaire et j’ai été très impressionné. Depuis lors, je m’étais fixé pour objectif d’y participer moi-même. J’y suis désormais, et je souhaite bien évidemment gagner.

 

Mes loisirs

 

La gymnastique, le badminton, l’unihockey. J’ai par ailleurs monté un atelier avec des amis, dans lequel nous réparons des moteurs de voitures, de motos, etc.

 

Mon mot d’ordre

 

Droit vers l’objectif !

 

On vous présente : Tobias Zgraggen de Attinghausen (UR)

Tobias Zgraggen de Attinghausen (UR) va participer aux SwissSkills Championships 2020. Il travaille chez Metall-Total GmbH à Seedorf.

 

Pourquoi ai-je choisi le métier de constructeur métallique ?

 

J’ai participé à différents stages de préapprentissage. Le métier de constructeur métallique m’a le plus plu.

 

Qu’est-ce qui me passionne dans ce métier ?

 

J’apprécie avant tout les travaux de montage; on peut ensuite observer le résultat.

 

Ma motivation à participer aux SwissSkills ?

 

Je souhaite accumuler de nouvelles expériences et je vais donner le meilleur de moi-même.

 

Mes loisirs

 

Faire de la moto, aider mon oncle sur son exploitation agricole.

 

Mon mot d’ordre

 

Pas à pas.

 

On vous présente : Samuel Villiger de Auw (AG)

Samuel Villiger de Auw (AG) va participer aux SwissSkills Championships 2020. Il travaille chez Suter & Partner, Metallbau AG à Auw.

 

Pourquoi ai-je choisi le métier de constructeur métallique ?

 

J’ai découvert le métier au travers d’une offre de passeport vacances d’une entreprise de construction métallique. Après un autre stage de préapprentissage, ma décision était prise: c’était le métier que je voulais apprendre.

 

Qu’est-ce qui me passionne dans ce métier ?

 

J’aime beaucoup souder. Je trouve en outre la construction de façades particulièrement fascinante, puisque l’on voit le résultat final.

 

Ma motivation à participer aux SwissSkills ?

 

J’en ai entendu parler à la fête de la PQ. J’ai été heureux de recevoir l’invitation à la présélection. Mon objectif est d’arriver dans le top 5.

 

Mes loisirs

 

La gymnastique et la guggenmusik.

 

Mon mot d’ordre

 

Un pas après l’autre.

 

On vous présente : Samuel Camenzind de Rigi Kaltbad (LU)

Samuel Camenzind de Rigi Kaltbad (LU) va participer aux SwissSkills Championships 2020. Il travaille chez Theiler Team GmbH à Vitznau.

 

Pourquoi ai-je choisi le métier de constructeur métallique ?

 

Je voulais absolument apprendre un métier manuel et j’avais le choix entre le bois et le métal. Avec mon père, j’ai beaucoup travaillé le bois dans mes loisirs. Malgré tout, le travail du métal m’a finalement plus intéressé.

 

Qu’est-ce qui me passionne dans ce métier ?

 

Les différents procédés de soudage, et la possibilité de construire et d’assembler un produit qui dure.

 

Ma motivation à participer aux SwissSkills ?

 

Je ne peux que profiter de ma participation. Je suis heureux de cette opportunité et je souhaite bien entendu remporter la victoire.

 

Mes loisirs

 

Le snowboard, le parapente, l’escalade de bloc, le sport de combat.

 

Mon mot d’ordre

 

L’important, c’est la victoire.

 

On vous présente : Mischa Maurer de Reitnau (AG)

Mischa Maurer de Reitnau (AG) va participer aux SwissSkills Championships 2020. Il travaille chez Morgenthaler Metallbau à Attelwil.

 

Pourquoi ai-je choisi le métier de constructeur métallique ?

 

J’ai toujours su que je voulais exercer un métier manuel. Parmi une liste d’options, j’ai alors choisi celui de constructeur métallique.

 

Qu’est-ce qui me passionne dans ce métier ?

 

La possibilité d’avoir une activité très variée, nécessitant les techniques les plus diverses. Par ailleurs, j’apprécie le travail du métal dans son ensemble.

 

Ma motivation à participer aux SwissSkills ?

 

Je souhaite profiter de cette opportunité unique. Je serais très heureux de réussir. Si ce n’est pas le cas, ce n’est pas très grave. Dans tous les cas, je vais tout donner.

 

Mes loisirs

 

Le motocross, le tir sportif à 300 m.

 

Mon mot d’ordre

 

Prendre du plaisir à ce que l’on fait.

 

On vous présente : Lars Rotach de Ulisbach (SG)

Lars Rotach de Ulisbach (SG) va participer aux SwissSkills Championships 2020. Il travaille chez Büsser Metallbau AG à Mosnang.

 

Pourquoi ai-je choisi le métier de constructeur métallique ?

 

J’ai participé à plusieurs stages de préapprentissage dans différents métiers. La formation de constructeur métallique m’a le plus plu.

 

Qu’est-ce qui me passionne dans ce métier ?

 

J’aime avoir la possibilité de travailler tant en atelier que sur les chantiers et voir le produit de mon travail.

 

Ma motivation à participer aux SwissSkills ?

 

J’ai été encouragé par Michael Schafflützel, qui travaille lui aussi chez Büsser Metallbau AG et est devenu champion de Suisse en 2006, puis vice-champion du monde au Japon en 2007. Je vais donner le meilleur de moi-même, même si j’ai bien conscience de la forte concurrence.

 

Mes loisirs

 

Aider mon oncle sur son exploitation agricole, effectuer des travaux de construction métallique pour des collègues, etc.

 

Mon mot d’ordre

 

Lever la tête et courir !

 

On vous présente : Joel Kugler de Rebstein (SG)

Joel Kugler de Rebstein (SG) va participer aux SwissSkills Championships 2020. Il travaille chez Paul Zellwerger AG à Diepoldsau.

 

Pourquoi ai-je choisi le métier de constructeur métallique ?

 

Lors d’une journée de portes ouvertes, je me suis rendu dans une entreprise de construction métallique et j’ai été très impressionné. Après différents stages de préapprentissage, j’en suis arrivé à la conclusion que le métier qui m’intéressait le plus était celui de constructeur métallique.

 

Qu’est-ce qui me passionne dans ce métier ?

 

Le travail du métal dans son ensemble me passionne. J’aime avant tout les différents procédés de soudage.

 

Ma motivation à participer aux SwissSkills ?

 

Tout le monde n’a pas cette chance, mais je tiens à prendre la mienne et à donner le meilleur.

 

Mes loisirs

 

Les courses de moto et le fistball.

 

Mon mot d’ordre

 

On ferme les yeux et on fonce.

 

On vous présente : Joel Herbert de Berg (TG)

Joel Herbert de Berg (TG) va participer aux SwissSkills Championships 2020. Il travaille chez Pfister Metallbau AG à Mauren.

 

Pourquoi ai-je choisi le métier de constructeur métallique ?

 

À 14 ans j’ai eu l’occasion d’aider mon oncle dans son entreprise de construction métallique, puis j’ai ensuite pu participer à un stage de préapprentissage. À partir de là, je savais que je voulais devenir constructeur métallique.

 

Qu’est-ce qui me passionne dans ce métier ?

 

La possibilité de créer quelque chose de toutes pièces, et d’admirer ensuite un produit fini.

 

Ma motivation à participer aux SwissSkills ?

 

Je souhaite profiter de cette opportunité unique pour faire la preuve de mes compétences.

 

Mes loisirs

 

Le football, voir mes amis.

 

Mon mot d’ordre

 

On n’a qu’une vie.

 

On vous présente : Elia Meyer de Grosswangen (LU)

Elia Meyer de Grosswangen (LU) va participer aux SwissSkills Championships 2020. Il travaille chez Meyer Blechtechnik à Grosswangen.

 

Pourquoi ai-je choisi le métier de constructeur métallique ?

 

J’ai naturellement été au contact du métier de constructeur métallique au travers de l’entreprise familiale. Les travaux de montage du constructeur métallique ont été déterminants pour moi, c’est la raison pour laquelle j’ai opté pour ce métier et non pour un apprentissage de constructeur d’appareils industriels.

 

Qu’est-ce qui me passionne dans ce métier ?

 

Je peux admirer le travail réalisé.

 

Ma motivation à participer aux SwissSkills ?

 

Je n’ai rien à perdre, raison pour laquelle je tente ma chance aux SwissSkills. Je vais naturellement donner le meilleur de moi-même.

 

Mes loisirs

 

Le ski, la moto et le motocross.

 

Mon mot d’ordre

 

Je suis partant pour beaucoup de choses.

 

Wir stellen vor: Joel Kugler aus Rebstein (SG)

An der Vorselektion in Buchs SG am 15. August 2020 wurden die letzten Kandidaten für die SwissSkills Championships im September bekanntgegeben.

Mit dabei ist auch Joel Kugler aus Rebstein, tätig bei der Paul Zellweger AG in Diepoldsau:

 

Wie bin ich zum Beruf Metallbauer gekommen?

 

Ich habe den Tag der offenen Tür einer Metallbaufirma besucht und war sehr beeindruckt. Nach verschiedenen Schnupperlehren bin ich zum Schluss gekommen, dass mich der Beruf Metallbauer am meisten interessiert.

 

Was begeistert mich an diesem Beruf?

 

Mich begeistert das Arbeiten mit Metall im Allgemeinen. Ich mag vor allem die verschiedenen Schweissverfahren.

 

Meine Motivation, um an den SwissSkills teilzunehmen?

 

Nicht jeder bekommt diese Chance, aber ich möchte die meine nutzen und mein Bestes geben.

 

Meine Hobbies

 

Töffrennen fahren, Faustball

 

Mein persönliches Motto

 

Augen zu und durch.

 

« C’était un grand honneur pour moi d’avoir pu participer aux SwissSkills. »

Rémy Mornod a remporté les SwissSkills à Fribourg en 2018 et a pu se rendre à Kazan l’année dernière pour les WorldSkills. Il revient, au cours d’une interview, sur ces deux événements majeurs et donne aux candidats des SwissSkills Championships 2020 des conseils pour l’avenir.

métal+toi : Que ressent-on en pouvant participer aux SwissSkills ?

Rémy Mornod : C’était un grand honneur pour moi et cela m’a aussi beaucoup fait plaisir.

m+t : Étais-tu nerveux pendant le concours ?

RM : Non, pas vraiment. Je ne me sentais pas non plus particulièrement stressé.

m+t : Comment était l’atmosphère du concours ?

RM : L’ambiance était très bonne. Je me suis également bien entendu avec les autres candidats. Nous avons échangé des idées et beaucoup rigolé ensemble. La concentration était naturellement essentielle pendant toute la compétition et chacun faisait son travail. Mais il n’y a pas eu de tensions entre nous. J’ai encore aujourd’hui des contacts sporadiques avec certains candidats.

m+t : Qu’as-tu ressenti lorsque tu étais sur le podium ?

RM : J’ai été envahi par un flot d’émotions, à la fois surpris et heureux mais aussi un peu choqué. Et j’étais vraiment enchanté ! Je ne pensais pas que je gagnerais. Devenir champion suisse est quelque chose de très spécial.

m+t : As-tu des conseils à donner aux candidats des SwissSkills Championships pour éviter la nervosité ?

RM : Mon conseil : ne vous posez pas trop de questions et concentrez-vous sur les prochaines étapes. Quoi qu’il arrive, c’est un énorme accomplissement de pouvoir participer et de savoir que vous êtes l’un des meilleurs constructeurs métalliques de Suisse.

m+t : Pourquoi recommanderais-tu de participer aux SwissSkills ?

RM : Les SwissSkills sont une excellente occasion de se mesurer à d’autres jeunes professionnels de toute la Suisse et d’aller au-delà de ses propres limites. L’échange et la compétition elle-même sont bien sûr également très agréables.

m+t : Que t’a apporté le fait de gagner aux SwissSkills ?

RM : Sur le plan privé, rien n’a vraiment changé, mais sur le plan professionnel, cette victoire ouvre définitivement des portes. Cette année, par exemple, je suis expert pour les candidats de Suisse romande aux SwissSkills Championships à Aarberg.

m+t : Tu as participé aux WorldSkills à Kazan l’année dernière. Comment les comparer aux SwissSkills ?

RM : Les WorldSkills étaient plus compliqués et plus stressants. Le niveau est encore plus élevé. La compétition est en outre plus longue. Cela exige encore davantage de concentration.

m+t : Quel effet cela fait-il de pouvoir participer à un concours aussi important ?

RM : Je me suis senti honoré de pouvoir montrer mes compétences face à tant de jeunes professionnels du monde entier. J’ai pu échanger pendant les pauses des idées avec mes collègues concurrents de la même catégorie. C’était une expérience intéressante. En dehors du concours, j’étais avec la délégation suisse. C’était aussi très sympathique.

m+t : Quelle est ta plus grande attente lorsque tu penses aux SwissSkills 2020 Championships ?

RM : J’attends avec impatience les jeunes constructeurs métalliques motivés qui sont prêts à donner le meilleur d’eux-mêmes et à repousser leurs propres limites. Et je me réjouis de ma nouvelle tâche en tant qu’expert.

 

On vous tient au courant concernant les SwissSkills Championships sur ce site web ainsi que dans nos réseaux sociaux, Facebook et Instagram. Le concours lui-même est partagé en direct dans nos stories et posts sur Facebook et Instagram.

On vous présente : Mattia Porta du Tessin

La présélection des candidats pour les SwissSkills Championships 2020, qui se dérouleront du 1er au 4 septembre à Aarberg, bat son plein. Il y aura également un candidat du Tessin qui participe aux SwissSkills :

Mattia Porta de Malesco (I), employé par Officine Ghidoni SA

Pourquoi ai-je choisi d’apprendre le métier de constructeur métallique ?

 

J’ai choisi ce métier parce que j’étais curieux de la variété des travaux et des différents matériaux.

 

Qu’est-ce que j’aime dans cette profession ?

 

De cette profession, j’aime particulièrement le travail terminé, c’est certainement une grande satisfaction pour moi.

 

Ma motivation pour participer aux SwissSkills ?

 

La motivation qui me pousse à participer aux SwissSkills est que l’on peut vraiment montrer ce dont on est capable, et surtout en compétition avec les autres.

 

Mes Loisirs ?

 

Je n’ai pas beaucoup de loisirs mais j’aime bien randonner dans les montagnes.

 

Ma devise personnelle ?

 

Le métal, l’avenir.

 

« Je me réjouis de voir des participants motivés aux SwissSkills. »

Les SwissSkills nationaux, prévus en automne 2020 à Berne, ont dû être reportés comme de nombreux événements majeurs. Le besoin de jeunes talents capables de représenter la Suisse dans les prochaines compétitions internationales étant toujours là, les championnats professionnels seront donc organisés de manière décentralisée sous le nom de « SwissSkills Championships ». La formule de remplacement pour la construction métallique aura lieu du 1er au 4 septembre 2020 au centre de formation d’Aarberg. Les préparatifs du concours vont actuellement bon train. Roger Müller, chef de projet des championnats, évoque les défis du nouveau format et les attentes du concours.

métal+toi : Les SwissSkills seront différents de ce qui était initialement prévu. Quels sont les défis organisationnels auxquels vous devez faire face ?

Roger Müller : Le coronavirus, omniprésent, rend la planification difficile. La situation pouvant évoluer à tout moment, il n’est pas exclu que nous devions tout modifier dans de brefs délais. Le déroulement à Aarberg est toutefois optimal car toute l’infrastructure est déjà en place.

m+t : L’organisation SwissSkills soutient également les concours décentralisés. Qu’en penses-tu ?

RM : Très bien jusqu’à présent, car nous bénéficions, dans de nombreux domaines, d’un soutien identique à celui que nous aurions obtenu à Berne. L’organisation lance, par exemple, une vaste campagne de médias sociaux et fournit du matériel publicitaire ainsi que l’outil d’évaluation CIS.

m+t : Qu’est-ce qui diffère des SwissSkills à Berne ?

RM : Les conditions du concours sont identiques, ce qui est très important pour nous. Les spectateurs feront pourtant défaut et cela changera la compétition pour les participants.

m+t : Comment garantir que la profession de constructeur métallique soit mieux connue par les jeunes intéressés malgré l’absence de spectateurs ?

RM : Nous informerons en direct sur place pendant les deux jours du championnat. L’information sera diffusée via la plateforme des jeunes talents métal+toi, également représentée sur Facebook et Instagram. Après les championnats, nous lancerons, par ailleurs, le format numérique de remplacement SwissSkills Connect, une plate-forme numérique sur laquelle les constructeurs métalliques seront également présentés.

m+t : Comment seront sélectionnés les participants de cette année ?

RM : La note pratique des procédures de qualification sera un premier critère. Tout candidat ayant obtenu 5.0 ou plus sera invité à participer à la présélection régionale. Il y en aura quatre au total : une au Tessin, une en Suisse romande et deux en Suisse alémanique. La présélection durera une journée et consistera en un petit travail pratique et un entretien individuel avec chaque candidat. Le candidat le plus convaincant sera présent aux SwissSkills en septembre. Au total, 16 jeunes métallurgistes des trois régions du pays y participeront.

m+t : Combien d’experts seront présents lors des championnats SwissSkills ?

RM : Six experts seront sur place. Nous sommes ravis d’avoir deux nouveaux experts avec nous cette année. L’un d’eux, Rémy Mornod, a lui-même remporté les SwissSkills il y a deux ans et a participé au WorldSkills de Kazan en été 2019. Les trois langues, allemand, français et italien, sont également représentées parmi les experts.

 m+t : De quoi te réjouis-tu le plus ?

RM : Des participants motivés et, espérons-le, des résultats positifs !

m+t : Quel conseil souhaites-tu donner aux participants ?

RM : D’aborder la tâche de manière détendue mais concentrée et de ne pas se laisser distraire. Tout se passera bien alors.

 

On vous tient au courant concernant les SwissSkills Championships sur ce site web ainsi que dans nos réseaux sociaux, Facebook et Instagram. Le concours lui-même est partagé en direct dans nos stories et posts sur Facebook et Instagram.

On vous présente : les candidats romands pour les SwissSkills

La présélection des candidats pour les SwissSkills Championships 2020, qui se dérouleront du 1er au 4 septembre à Aarberg, bat son plein. Les cinq candidats de Suisse romande sont maintenant connus :

  • Steve Perrenoud de Neirivue, employé par Sottas SA à Bulle

 

  • Lorrain Gremion de Marsens, employé par Sottas SA à Bulle

 

  • Romain Giuriani d’Avusy, entreprise formatrice CFPC à Petit-Lancy

 

  • Valentin Racine de Lignières, employé par Ballif Sàrl à Cornaux

 

  • Sylvain Décombaz de Savigny, employé par Prométal Sàrl

WorldSkills 2017: Un grand honneur pour Michael Graf

Un honneur particulier a été rendu au constructeur métallique Michael Graf : lors de la cérémonie d’inauguration, il a été choisi pour porter la cloche de l’équipe SwissSkills. La compétition des constructeurs métalliques a démarré en retard.